Nutrition & Carences

Compléments alimentaires pour la nutrition et contre les carences

La malnutrition est présente dans presque tous les pays du globe de nos jours. Une personne sur trois (selon un rapport des Nations Unies en 2017) souffre d’une alimentation de qualité insuffisante et en supporte les conséquences, comme, par exemple, le retard de croissance chez les plus jeunes ou le surpoids voire l’obésité chez les plus âgés. Cette malnutrition provoque des carences en nutriments, préjudiciables à l’organisme. C’est souvent le système alimentaire industriel actuel qui est à l’origine d’une grande partie de ces carences et déséquilibres alimentaires observés dans les pays riches. Dans les pays en voie de développement, de plus en plus de populations semblent aussi concernées. L’un des exemples les plus flagrants reste la forte progression de l’obésité, souvent liée à une consommation excessive de sucres sous diverses formes.

Qu'est qu'une carence alimentaire ?         

La carence nutritionnelle ou alimentaire correspond à un déficit en nutriments ou vitamines. On parle d’un déséquilibre entre les apports alimentaires et les besoins en macronutriments (protéines, lipides, glucides) et micronutriments (vitamines et oligo-éléments). Cela peut traduire une insuffisance ou une absence de ces nutriments dans l’alimentation, ainsi qu’à une malabsorption ou une mauvaise assimilation.

Les carences nutritionnelles           

Les carences nutritionnelles sont multifactorielles.

Elles peuvent être liées à un régime alimentaire particulier, tel que les régimes végétariens ou végans. Ces derniers peuvent entraîner des carences en certains nutriments qui se trouvent principalement dans les aliments d’origine animale (fer, vitamine B12, acides aminés).

Les carences peuvent aussi survenir lors de certaines périodes de vie où les besoins en nutriments se trouvent augmentés : croissance, maladie, grossesse, allaitement, vieillesse, sport intensif, stress chronique. Si l’apport alimentaire ne comble pas ces besoins accrus, alors un manque en certains nutriments peut s’installer.

La consommation régulière d’alcool, de tabac ou de certains médicaments peut aussi conduire à des carences. Le tabagisme grignote ainsi les réserves de vitamine C. Les carences peuvent aussi être liées à des pathologies digestives, qui induisent une mauvaise absorption des nutriments.

En cas d’apports alimentaires insuffisants, le corps puise d’abord dans ses réserves, puis, lorsqu’elles sont épuisées, les carences apparaissent.

Les conséquences d'une carence     

Les carences alimentaires peuvent entraîner de multiples conséquences sur votre santé. De façon générale, une carence fragilise l’organisme. Cet affaiblissement peut entraîner divers troubles et favoriser l’installation de certaines pathologies.

Plusieurs signes peuvent vous alerter :

  • Fatigue ou sensation de faiblesse
  • Pâleur
  • Perte de cheveux, ongles cassants, peau sèche
  • Troubles de l’appétit
  • Constipation
  • Douleurs musculaires ou articulaires
  • Déprime, dépression, nervosité
  • Difficultés de concentration
  • Infections à répétition
  • Saignement des gencives
  • Palpitations…

Rapprochez-vous de votre médecin pour confirmer une éventuelle carence en nutriments.

Une carence en sel, en vitamines et minéraux   

Des apports insuffisants en vitamines et minéraux ne sont pas sans conséquence.

Une carence en vitamine B12 a des répercussions sur le système nerveux, le système digestif ainsi que le système osthéo-musculaire. Elle peut entraîner des problèmes digestifs, des fourmillements et engourdissements, un essoufflement… La B12 se trouve principalement des les protéines animales (viande, poisson, jaune d’œuf, produits laitiers).

Un manque de vitamine D porte préjudice au squelette et au système immunitaire, et peut conduire à l’ostéoporose, au rachitisme et à l’ostéomalacie. Le corps la synthétise au niveau de la peau à partir des UVB, mais une grande partie de la population en est carencée (près de 80% selon l’OMS), ainsi que la plupart des personnes âgées. On en trouve aussi dans l’alimentation, notamment dans le foie de morue.

La vitamine C participe au bon fonctionnement global de l’organisme. Manquer de vitamine C a des conséquences au niveau de la cicatrisation, de l’assimilation du fer, des défenses immunitaires… Elle se trouve dans les fruits et légumes frais colorés, les agrumes, les fraises, le persil…

La carence nutritionnelle en vitamine E est assez répandue dans les pays occidentaux, bien que le risque de carence grave soit plutôt faible. Le manque de vitamine E peut être lié à des problèmes d’absorption des lipides, dus à des maladies telles que la maladie cœliaque, la maladie de Crohn, ou la fibrose kystique.

La vitamine B9, ou acide folique, participe au bon fonctionnement du système nerveux. Elle joue aussi un rôle important dans la production de globules blancs et rouges, ainsi que des cellules de la peau ou de l’intestin. Les besoins sont particulièrement accrus au cours de la grossesse. La B9 se trouve dans le foie, les fruits oléagineux, les légumes verts à feuille, la châtaigne, les œufs. La carence peut entraîner des troubles digestifs et neurologiques, des globules rouges trop gros (anémie macrocytaire), ou des inflammations des muqueuses.

La carence en magnésium concerne près de 20% de la population française. Un apport insuffisant en magnésium peut entraîner fatigue, stress, crampes musculaires, irritabilité, difficulté de concentration… Vous trouverez du magnésium alimentaire dans les légumes secs, les céréales complètes, les noix (amandes, noisettes, cerneaux de noix…), le cacao, les algues, les fruits de mer et les légumes verts à feuilles. Le magnésium agit généralement en association avec le sodium, le potassium et le calcium.

Le zinc est essentiel à bon nombre de réactions chimiques dans le corps, une carence provoque donc un mauvais fonctionnement de certaines fonctions. On constate notamment une faiblesse de l’immunité, un manque d’appétit ou des troubles de l’humeur. Le zinc intervient aussi au niveau des fonctions neurologique, thyroïdienne et reproductive. Vous trouverez du zinc en grande quantité dans les huîtres, le sésame et la viande rouge, ainsi que dans les noix et les légumineuses.

Une carence en iode peut aussi avoir un impact important sur votre santé. Elle peut se traduire par de la constipation, de la fatigue, des problèmes de mémoire, une prise de poids inexpliquée, de la déprime. Elle a aussi des conséquences sur le système nerveux et hormonal, car elle intervient dans la fabrication des hormones thyroïdiennes. Cette carence peut être grave chez l’enfant et la femme enceinte. Pour faire le plein d’iode, misez sur les aliments marins : huîtres, crustacés, coquillages, algues.

Zoom sur la carence en fer   

La carence en fer est l’une des plus répandues, notamment chez la femme. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la carence en fer concernerait plus de 30% de la population mondiale.

Le fer est essentiel à la constitution de l’hémoglobine contenue dans les globules rouges, ainsi que de certaines enzymes. Les besoins sont plus importants pendant certaines périodes de la vie :

  • Chez les enfants et les adolescents pendant la croissance
  • Chez les femmes en raison des pertes de fer lors des menstruations
  • Chez les femmes enceintes

La carence en fer entraîne une anémie, une baisse des capacités physiques et intellectuelles ainsi qu’un affaiblissement du système immunitaire. L’organisme est donc plus sensible aux infections.

Le fer se trouve principalement dans la viande rouge, l’œuf, les fruits de mer, les légumes verts, le persil ou encore la spiruline. Il existe deux types de fer : le fer non héminique, présents dans les œufs, les produits laitiers et les végétaux ; le fer héminique, contenu dans la viande, le poisson et les aliments d’origine animale. L’absorption du fer non héminique sera favorisée par la consommation de vitamine C.

Des compléments alimentaires pour les carences      

Pour éviter les carences, la première chose à faire est d’adopter une alimentation variée et équilibrée, en mesure de combler tous les besoins de votre corps. Quand cela n’est pas possible (régime particulier, maladie…), des compléments alimentaires naturels peuvent vous aider à renforcer vos apports et retrouver votre vitalité. Avant toute supplémentation, n’hésitez pas à procéder à des analyses sanguines.

Les compléments alimentaires les plus fréquemment utilisés pour lutter contre les carences sont :

  • Les compléments type multivitamines, à base de vitamines, minéraux et oligo-éléments. Ils sont très utiles dans les périodes où les besoins nutritionnels sont accrus (convalescence, fatigue, grossesse, chez les séniors…).
  • Les compléments alimentaires apportant du fer. Vous pourrez vous tourner vers des micro-algues très riches en fer et en acides aminés comme la spiruline, la chlorelle ou la klamath. Vous trouverez aussi des compléments riches en fer biodisponible, sous forme d’oligo-éléments liquides ou de comprimés (de fer bisglycinate par exemple).
  • La supplémentation en acide folique / B9, notamment en prévision d’une grossesse, en prévention des troubles cardiovasculaires ou chez les personnes âgées.
  • La supplémentation en vitamine B12, indispensable chez les végétaliens, et parfois chez les végétariens ou en cas de malabsorption
  • Des compléments en minéraux et oligo-éléments, voire en acides gras essentiels, en cas de fatigue, de problèmes immunitaires, de pathologies chroniques et inflammatoires : magnésium, zinc, oméga-3…
  • De la vitamine C, pour prévenir les infections hivernales, en cas de fatigue ou de carence en fer, sous forme de vitamine C liposomale ou d’acérola
  • Des complexes d’antioxydants pour aider le corps à lutter contre les radicaux libres, diminuer l’inflammation et retarder le vieillissement
  • Complémentation en iode en cas d’hypothyroïdie

Si la carence est due à une mauvaise absorption ou assimilation, il peut être intéressant de vous rapprocher d’un praticien de santé pour mettre en place un programme alimentaire adapté. Il pourra aussi être utile de travailler sur l’état de votre paroi intestinale, en la renforçant avec des compléments tels que la L-Gluthamine et le molybdène.