Microbiote vaginal

Compléments alimentaires flore intime

Chez la femme, l’équilibre de la flore vaginale est le reflet de l’état de la flore intestinale. La flore vaginale joue un rôle protecteur pour la santé féminine et la santé globale. Cependant, de nombreux éléments comme les changements hormonaux qui rythment la vie d’une femme, peuvent perturber le bon équilibre de cet écosystème protecteur entraînant des symptômes désagréables. Alors comment prendre soin de sa flore intime pour préserver sa santé gynécologique ?

par page
    • Microbiote vaginal
    Bien être PrébioPro Gyn

    Bien être PrébioPro Gyn

    30 gélules
    Prix public : 26,50 €
    Prix membre : 21,20 €
    • Microbiote vaginal
    Symbiovag - Ovule probiotique

    Symbiovag

    10 ovules
    Prix public : 16,90 €
    Prix membre : 13,50 €

Quels sont les facteurs pouvant influencer l’équilibre du microbiote vaginal ?

Le microbiote vaginal est constitué d’un ensemble de micro-organismes qui peuplent et protègent la cavité vaginale, des mycoses vaginales et des vaginoses bactériennes. Elle est constituée à près de 95% de bactéries lactiques aussi appelées lactobacilles, constituant la flore de Doderlein. Ces lactobacilles forment un biofilm tapissant la muqueuse vaginale et constituent un système de défense contre les infections (vaginite, vaginose, infections urinaires, infections au candida albicans…). Mais ce système bien organisé, peut être perturbé par de nombreux facteurs :

Les dysbioses intestinales

L’état du microbiote intestinal influence directement la flore vaginale. Les organismes vivants colonisant l’intestin (lactobacilles bien sûr, mais aussi un champignon comme le candida albicans, ou encore les germes pathogènes capables de déclencher des cystites), peuvent alors descendre dans la flore vaginale, et le tractus urinaire.

Le cycle menstruel

Tout au long des quatre phases du cycle menstruel, les sécrétions vaginales changent et évoluent. Au moment de l’ovulation, il est normal que les pertes soient plus abondantes claires et fluides. Mais si ces pertes vaginales sont très abondantes tout au long du cycle, et deviennent malodorantes, ou prennent un aspect grumeleux et sont accompagnées de démangeaisons, cela peut indiquer la présence de bactéries pathogènes, dans les voies génitales. Ce type de changement dans les pertes blanches doit alerter sur l’état de la flore vaginale. Il est alors conseillé de consulter son gynécologue, et d’éviter tout rapport sexuel non protégé le temps que la flore se rétablisse.

Les changements hormonaux

A la ménopause, et à la périménopause, la chute hormonale des œstrogènes, favorise la sécheresse vaginale, et une diminution des bactéries protectrices recouvrant la muqueuse vaginale. C’est une période particulièrement délicate, et il convient de se faire accompagner par son gynécologue en cas d’inconfort prolongé.

Les changements hormonaux liés à la grossesse peuvent également modifier le PH de la flore, et favoriser la survenue d’infections. Si cela vous arrive, n’hésitez pas à en parler à votre sage-femme.

L’hygiène de vie

Plusieurs facteurs d’hygiène de vie peuvent influencer la flore, à commencer par l’alimentation et le stress. Le stress chronique affaiblit le système immunitaire, qui se défend alors moins bien. Le tabac et ses effets néfastes sur la santé sont également des éléments perturbateurs de la flore vaginale.

Les rapports sexuels

Lors des rapports sexuels, un échange de bactéries venant des microbiotes des deux partenaires se produit. Une flore, affaiblie par une hygiène de vie inappropriée ou par des changements hormonaux, peut avoir plus de mal à se défendre contre les infections sexuellement transmissibles. Des brûlures ou des démangeaisons intimes après un rapport doivent vous alerter.

La prise d’antibiotiques

Les antibiotiques détruisent sans distinction, les mauvaises bactéries et les bonnes bactéries du microbiote vaginal. Ils détruisent alors les précieuses lactobacilles, amies et protectrices de la flore, diminuant ainsi ses défenses naturelles. Votre médecin pourra vous conseiller, lorsque la prise d’antibiotiques ou de certains médicaments affectant la flore est nécessaire, de suivre en parallèle, une cure de probiotiques pour maintenir l’équilibre de la flore durant le traitement.

Quelques règles d’hygiène pour votre confort vaginal

Le vagin est un organe autonettoyant. Le microbiote du vagin s’autorégule car la paroi vaginale est recouverte d’un mucus contenant des bactéries protectrices. Il est important de respecter ce processus en évitant de pratiquer une hygiène intime excessive, et ce particulièrement si vous êtes sujette aux infections récidivantes. Une toilette intime simple à l’eau une à deux fois par jour est suffisante pour maintenir une bonne hygiène. Les produits d’hygiène agressifs comme les gels savonneux, ou les lingettes parfumées, assèchent la vulve et sont fortement déconseillés. Il en va de même pour les pratiques qui consistent à introduire des produits dans la cavité vaginale, comme les douches vaginales.

Pendant les périodes de perturbations de la flore, par exemple lors d’épisodes de mycoses, changer plus souvent de sous-vêtements et éviter de porter des tampons, sont des mesures simples pour améliorer le confort intime jusqu’au rétablissement de la situation.

Restaurer sa flore vaginale

La bonne santé du microbiote vaginal, dépend avant tout de celle du microbiote intestinal. Ces deux écosystèmes sont si étroitement liés, qu’il est impossible de refaire sa flore vaginale, sans entreprendre d’abord un rééquilibrage de son microbiote intestinal. Ce rééquilibrage est particulièrement important après la prise d’antibiotiques, ou lorsque l’on est sujette à des mycoses ou des infections urinaires récidivantes. Sur les conseils de votre médecin ou de votre pharmacien, vous pourriez alors être amenée à suivre une cure de probiotiques et de prébiotiques, afin de réensemencer les microbiotes, et de relancer la production endogène de lactobacilles. Ces organismes vivants peuvent être administrés sous forme d’ovules vaginaux, ou par voie orale.

Vous pouvez compléter cette cure en consommant régulièrement du yaourt riche en ferments lactiques dans votre alimentation, ainsi que des acides gras, et des fruits et légumes qui garantissent une bonne digestion. Votre naturopathe pourra également vous conseiller une cure pour réguler l’acidité et renforcer votre système immunitaire.