Grenadier

Punica granatum L. également nommé Miougarrier, Balaustier, Pomegranate, ... de la famille des Punicacées (Punicaceae)

 

En Anglais : pomegranate, pomegranate tree.

Partie(s) utilisée(s) : L'écorce (des racines et tronc) et le fruit.

Constituant(s) connu(s) :

Pour l'écorce :

  • Alcaloïdes pipéridiniques : pelletiérine, isopelletiérine, ...
  • Homotropane : pseudopelletiérine, ...

Pour le fruit (grenade) :

  • Polyphénols : tanins ellagiques (acide ellagique, acide punicique, punicalagine), anthocyanosides, flavonoïdes (lutéoline, quercétol, flavanols, ...) et acides phénolliques (acide caféique, acide gallique, ...).
  • Vitamine C
  • Substances oestrogéniques : estradiol, estrone, dérivés de l'estradiol, ...

Pour la fleur :

  • Triterpènes : acides ursollique et oléanollique
  • Acide gallique

Tous les produits à base de grenadier

par page
    • Cœur
    Granomega Huile de pépins de grenade

    Granomega Huile de pépins de grenade

    60 capsules
    Prix public : 27,50 €
    Prix membre : 22,00 €
    • Défenses immunitaires & Tonus
    Oxoplex + Vermifuge naturel - Enfants

    Oxoplex - Enfants

    60 gélules
    Prix public : 25,00 €
    Prix membre : 20,00 €
    • Intestins
    Oxoplex + Vermifuge naturel - Adultes

    Oxoplex - Adultes

    60 gélules
    Prix public : 35,00 €
    Prix membre : 28,00 €

Description botanique de la plante

Le grenadier est une arbuste mesurant jusqu'à 5 m de haut.

  • Ses feuilles sont luisantes et de couleur vert foncé.
  • Ses fleurs sont rouge écarlate.
  • Son fruit, la grenade, est une grosse baie de la taille d'une orange.

Son habitat et ses origines

Le grenadier est originaire d'Iran et pousse abondamment dans toute l'Afrique du Nord.

Historique et vertus traditionnelles

Le fruit du grenadier, la grenade, est comparé avec les seins de la femme dans le Cantique des cantiques.
Dans les mythologies orientales, judéo-chrétienne et grecque, la grenade était un symbole de l'immortalité, de la fertilité et de l'amour. Elle aurait été cultivée dans les célèbres jardins suspendus de Babylone.
Dans le papyrus d'Ebers, l'utilisation de l'écorce de racine était conseillée dès 1550 avant J-C.

Précautions d'emploi

  • Usage abandonné de l'écorce de racine, toxicité déclarée.
  • Interractions possibles avec certains médicaments éliminés par les cytochromes P450 2D6 (CYP2D6)