Carie dentaire, comment l'alimentation peut aider ?

La carie dentaire est une lésion très fréquente qui touche toutes les tranches d’âge. Certains facteurs comme l’alimentation et l’hygiène dentaire sont déterminants dans son apparition. C’est pourquoi les habitudes alimentaires et la bonne hygiène bucco-dentaire constituent la base de la prévention des caries.

Dans cet article, nous allons découvrir ensemble les éléments importants concernant la carie dentaire.

Qu’est-ce qu’une carie dentaire ?

La carie est une destruction des tissus durs des dents (émail, dentine et cément) par les bactéries présentes dans la bouche et favorisée par le sucre. 

Les coques et les lactobacilles, qui font partie de la flore buccale décomposent les sucres en acides ; ces derniers, avec les résidus d’aliments et la salive forment la plaque dentaire, capable de générer une déminéralisation des tissus de la dent, entraînant ainsi l’apparition des caries.

Les caries dentaires peuvent affecter les dents temporaires (de lait) comme les définitives, et touchent surtout les molaires et les prémolaires, plus difficiles à nettoyer et donc, plus exposées à l’accumulation de la plaque dentaire.

Quelles sont les causes des caries dentaires ?

Les sucres

Il existe des liens clairement établis entre la consommation de sucres et l’apparition des troubles dentaires :

  • Ils sont métabolisés en acides par la flore buccale, constituant la plaque dentaire, à l’origine des caries.
  • Et ils peuvent déséquilibrer la flore, ce qui permet à certaines bactéries de se reproduire plus vite.

Le saccharose (sucre de canne et de betterave) et le glucose, utilisés dans les confiseries, les gâteaux industriels et les boissons, sont considérés comme les sucres les plus cariogènes.

Les sucres naturellement présents dans les aliments, comme le fructose (dans les fruits) et le lactose (dans le lait), ainsi que les amidons (dans les pains et les féculents), semblent être moins cariogènes.

Des carences alimentaires peuvent également être à l’origine de caries dentaires.

D’autres facteurs en cause

  • La cigarette, l’alcool et certains médicaments, peuvent altérer la sécrétion de salive et même créer des déséquilibres de la flore buccale, en lien avec un risque accru de carie chez les adultes.
  • Une carence en vitamine D peut produire des défauts de minéralisation, avec plus de risque de développer des caries dentaires.
  • Le stress : le mécanisme est encore peu connu, mais des études ont mis en évidence un possible lien entre le stress et l’apparition de caries.

Comment savoir si on a une carie dentaire ?

Au début, la carie est souvent indolore, c’est l’apparition d’une petite tache blanchâtre ou d’un point brun sur la dent, le signe qui alerte de la présence d’une carie. Elle peut passer parfois inaperçue, d’où l’importance des visites régulières chez le dentiste.

Selon son évolution et sa localisation, la carie peut s’accompagner d’une sensibilité ou des douleurs dentaires, qui s'accentuent avec le temps. Mais parfois la douleur ne se manifeste que tardivement, quand la carie a gagné en profondeur. Il est donc conseillé de consulter un dentiste dès les premiers signes.

Les stades de la carie dentaire

La carie dentaire touche d’abord la partie la plus superficielle de la dent. Si elle n’est pas traitée, elle peut se propager en profondeur. Nous retrouvons ainsi trois stades des caries dentaires : 

La carie superficielle

C’est une atteinte de l’émail, la substance qui recouvre la dent. Elle prend la forme d’une tache blanche qui peut ensuite brunir.

À ce stade, en général il n’y a pas de symptômes. Parfois, on retrouve une sensibilité au contact d’aliments froids ou chauds.

La carie intermédiaire

C’est l’approfondissement de la carie vers la dentine, en dessous de l’émail : elle touche la couronne et puis la racine de la dent. Nous pouvons apercevoir une petite cavité blanche, grise ou noire.

À ce moment, la sensibilité en mangeant ou en buvant est intense et la dent devient douloureuse, surtout lors de la mastication ou à la pression.

La pulpite ou carie profonde

C’est le résultat de l’évolution des caries non traitées. C’est une inflammation qui affecte la pulpe, au cœur de la dent, où se trouvent les petits vaisseaux et les nerfs. Elle peut être :

  • Aiguë, avec une douleur constante, due à une inflammation des nerfs. 
  • Chronique, où l’inflammation touche aussi les vaisseaux et le tissu perd la vitalité.

Comment éviter la carie dentaire ?

Contre la carie dentaire, la meilleure stratégie est la prévention. Le but est d’éviter l’apparition de la carie, d’abord par l'éducation et puis par la mise en pratique de mesures hygiéno-diététiques.

L’hygiène bucco-dentaire

Le brossage des dents

Il est très important car il permet d’éliminer la plaque dentaire et les dépôts d’aliments. Son efficacité dépend de : 

  • La fréquence : il est conseillé de se brosser les dents au minimum deux fois par jour, idéalement après chaque repas.
  • La technique : il faut pratiquer des petites rotations pour faire passer les poils de la brosse entre les dents, sans oublier de bien nettoyer les molaires et les prémolaires. Le brossage des dents doit être réalisé par un adulte pour les enfants de moins 3 ans et devrait être supervisé au moins jusqu’à 6 ans et parfois aussi chez les personnes handicapées et les seniors dépendants. 

Pour mieux nettoyer les dents, il est conseillé de complémenter le brossage avec l’utilisation quotidienne du fil ou soie dentaire, permettant d’atteindre les zones que la brosse à dents n’arrive pas à nettoyer.

  • Le type de brosse à dents :  il est idéal d’utiliser une brosse plutôt souple et de la changer tous les mois ou dès que les poils sont courbés. Sachez aussi que les brosses électriques semblent plus efficaces, au moins sur le court terme.

VOUS AUREZ BESOIN DE

brosse à dents en bois de hetre

Brosse à dents en bois

Bois 100% de Hêtre rouge

Issus de forêts éco-gérées

Compostable

Fabrication française

L’utilisation de produits fluorés

Le fluor est un minéral capable de rendre l’émail des dents moins sensible aux effets des acides. Des longues études ont montré que l’utilisation régulière de dentifrices et de bains de bouche avec du fluor sont des moyens efficaces de prévention des caries, notamment chez les enfants et les adolescents. 

Les produits dentaires conçus pour les enfants de moins de 6 ans ont une teneur en fluor adaptée, inférieure à 500 ppm. 

Après 6 ans, nous pouvons tous utiliser les mêmes dentifrices, dont la dose en fluor est limitée à 1450 ppm.

Ces dosages de sécurité sont déterminés et vérifiés par l’Agence Nationale de Sécurité des Médicaments (ANSM), afin d’anticiper les craintes d’un éventuel excès qui pourrait conduire à une fluorose (avec des taches blanchâtres sur les dents).

La prise de compléments de fluor reste déconseillée. Nous couvrons nos besoins à partir de l’eau minérale, l’alimentation et les produits dentaires fluorés.

La visite chez le dentiste

Depuis 2001, l’examen de prévention bucco-dentaire est obligatoire pour les enfants de 6 à 12 ans, mais les visites régulières chez le dentiste doivent se poursuivre à vie. Il est conseillé un suivi tous les 6 mois, effectué par un chirurgien-dentiste, en libéral ou dans un établissement de santé. Il comprend :   

  • Le dépistage précoce des caries ; souvent complété par un bilan fonctionnel qui permet de constater l’éventuel besoin de soins.
  • Des conseils personnalisés sur la santé bucco-dentaire.
  • Des bains de bouche profonds, avec des vernis ou des gels fluorés, très efficaces pour prévenir les caries.
  • Et chez les personnes les plus à risque, un scellement des sillons des molaires avec de la résine. Il s’agit d’un traitement à appliquer deux fois par an, afin d’éviter la survenue des caries.

L’alimentation générale

La nutrition est aussi un élément clé dans la prévention des caries dentaires. 

L’éducation nutritionnelle montre des résultats encourageants quand elle est associée à une bonne hygiène bucco-dentaire. Dentistes, éducateurs et diététiciens doivent réunir leurs efforts avec deux objectifs : limiter la consommation des sucres et promouvoir les bonnes habitudes alimentaires.

La réduction des sucres cariogènes

La relation entre la consommation de sucres et l’apparition de caries dentaires est évidente, mais c’est l’un des facteurs les plus difficiles à contrôler, car le sucre est trop présent dans notre quotidien.

Même s’il paraît difficile de le supprimer, on doit chercher à limiter la quantité et surtout la fréquence de consommation de produits sucrés tels que confiseries, boissons sucrées, pâtisseries, etc.

On doit aussi éviter les aliments collants, qui augmentent le temps de contact des sucres avec la dent, et ainsi le risque de carie.

Il est également conseillé de limiter les sodas, les jus de fruits acides et les eaux aromatisées. Avec ou sans sucre ajouté, ces boissons sont très acides et risquent de diminuer le pH buccal et favoriser l'apparition des caries.

Les bonnes habitudes alimentaires

L’alimentation doit être équilibrée, variée et naturelle, couvrant nos besoins en protéines, graisses et glucides et assurant les apports en vitamines et en minéraux.

Certains aliments qui font partie de notre alimentation quotidienne aident à renforcer la santé dentaire : 

  • Les produits laitiers : qui apportent du calcium, du phosphore et de la vitamine D, nécessaires au maintien d'une dentition normale. Ne vous souciez pas du lactose (si vous le tolérez sur le plan digestif), ce sucre a un faible pouvoir cariogène.
  • Les fruits et les légumes : leur sucre est peu cariogène et surtout, ils sont riches en fibres et requièrent de la mastication, ce qui stimule la salivation et permet de neutraliser l’acidité. De plus, ils sont riches en vitamine C, responsable de la formation normale de collagène pour le soutien des dents et des gencives. Enfin, ils apportent du magnésium, qui contribue au maintien de la santé dentaire. 
  • Les céréales complètes : ils sont moins riches en amidons et leur pouvoir cariogène est donc plus limité. Comme ils contiennent des fibres, ils nécessitent plus de mastication, ce qui augmente la production de salive et prévient les caries.
  • Les noix et les graines : elles contiennent aussi des fibres qui stimulent la sécrétion de salive et elles ont également une bonne teneur en phosphore et en calcium, tous utiles au maintien d'une bonne santé dentaire.
  • Le thé et le cacao : ils contiennent des polyphénols, qui limitent l’adhérence de la plaque sur les dents et la multiplication locale des bactéries. Bien évidemment, il vaut mieux choisir les produits sans sucre et sans édulcorant !

L’organisation des repas est aussi importante : il est conseillé d’organiser trois repas principaux et éventuellement un goûter (puis de se brosser les dents trente minutes après le repas) ; mais surtout, il faut limiter le grignotage, car manger entre les repas favorise la prolifération des bactéries !

On doit aussi favoriser la consommation d’eau, que ce soit avec les repas ou entre les repas. L’eau et la salive produite en mangeant participent à l’élimination des sucres de la bouche et à la neutralisation des acides, indispensable à la prévention des caries.

Carie dentaire, il existe aussi une alimentation spécifique

D’après les recherches du Dr. Weston A. Price, stomatologue pionnier des études sur les caries et la santé dentaire, l’alimentation apparaît comme essentielle pour aider la reminéralisation des caries anciennes et permettre d’éviter les récidives. Ses travaux menés au début du XXe siècle ont mis en évidence la relation entre la qualité de l’alimentation, la santé globale et le développement du visage (harmonie dentaire et maxillaire). 

D’après son étude relatée dans Nutrition and Physical Degeneration, réalisée au contact de plusieurs populations différentes à travers le monde qui a duré plus de 20 ans, le Dr. Price a pu observer que la carie était avant tout la résultante de carences alimentaires et que les populations préservées de l’industrialisation présentaient des dents fortes et alignées, des arcades dentaires saines et équilibrées et d’une façon générale, une bonne santé physique et mentale. Ce qui semblait contraster avec les populations urbanisées nourries d’aliments d’origine industrielle, dont la santé physique et mentale, ainsi que l’équilibre dentaire, paraissaient altérés en à peine une génération.

Ainsi, Price a noté que les populations dont les dents et la santé étaient préservées consommaient des aliments spécifiques, tels que :

  • Du beurre issu de vaches nourries en pâturages et de l’huile de foie de morue, naturellement riches en vitamines liposolubles (rétinol).
  • Des produits laitiers entiers et crus, apportant du calcium, du phosphore et de la vitamine D.
  • Dans des quantités moindres, des farines (et leurs dérivés) non raffinées et idéalement fraîchement moulues, plus riches en vitamines du groupe B, en vitamine E et en minéraux tels que le calcium,  phosphore, fer et cuivre.
  • Du foie et des abats, ce que le Dr Price appelait le “facteur X”, “l’activateur liposoluble", riches en vitamine K, en vitamines du groupe B et en cuivre biodisponible.
  • Des fruits peu sucrés et des baies antioxydantes.
  • Des aliments nécessitant une mastication vigoureuse, afin de produire une bonne quantité de salive, pouvant exercer son rôle protecteur.

Dans cette optique, vous pouvez axer votre alimentation en suivant ces grands principes pour apporter à votre organisme tous les nutriments nécessaires à son fonctionnement et à la bonne santé bucco-dentaire, et éviter les aliments reconnus comme cariogènes.

Peut-on apporter un soin aux caries dentaires naturellement ?

L’alimentation revêt un caractère essentiel dans la prévention de la carie dentaire, ainsi que dans la préservation du potentiel minéral d’un individu et globalement, dans l’entretien d’une bonne santé générale. Mais parfois, lorsque la carie est installée, il est difficile de trouver des moyens naturels pour en venir à bout. 

Voici néanmoins quelques astuces naturelles connues :

La poudre de perle

En médecine chinoise, la poudre de perle est connue pour sa teneur en minéraux et son potentiel énergétique. Elle constitue une alliée de choix pour soutenir la minéralité des dents et préserver l’intégrité de l’os alvéolaire (qui soutient la gencive). Les coquilles d'œufs et d’huîtres sont également des compléments naturels à considérer.

Les huiles essentielles

Pendant votre brossage quotidien, vous pouvez appliquer une goutte d’huile essentielle de Tea Tree Melaleuca Alternifolia sur votre dentifrice, puis observez les résultats.

L’équilibre de la flore buccale

Certaines bactéries spécifiques présentes dans la bouche garantissent un climat favorable à des dents saines. Lorsque le microbiote buccal est perturbé pour diverses raisons, certaines bonnes bactéries se retrouvent en nombre insuffisant, ce qui finit par impacter la santé bucco-dentaire. Un travail de rééquilibrage du microbiote buccal peut aussi être une piste à envisager.

Le pH salivaire

La salive joue un rôle primordial dans la protection dentaire. Si une variation du pH salivaire est constatée à certains moments-clés, la capacité naturelle de la salive à neutraliser les acides, à protéger les dents et à réparer les lésions de l’émail risque d’être compromise. Des moyens naturels existent pour contribuer à rééquilibrer le pH de la salive, dont la nutrition, qui reste le meilleur moyen d’éviter les aliments cariogènes (également responsables de la modification du pH), comme vu précédemment.

Le traitement de la carie

Dans un certain nombre de cas, il arrive qu’une carie dentaire, même si elle est superficielle, ne guérisse pas de façon spontanée malgré l’emploi de mesures préventives ; il est donc recommandé de la faire soigner par un dentiste, qu’elle touche une dent de lait ou une dent définitive.

En suivant les recommandations des professionnels de santé, le fluor reste le produit ayant démontré une réelle efficacité sur les caries dentaires. Sous forme de gel ou vernis, mais appliqué directement sur la dent atteinte, il est reconnu comme cariostatique, c’est-à-dire qu’il a la capacité de ralentir ou stopper la progression de la carie.

Une carie qui n’est pas diagnostiquée ou qui est insuffisamment traitée peut évoluer et générer de fortes douleurs, des infections (parfois sévères) et entraîner éventuellement la destruction et la chute de la dent affectée.

Le chirurgien-dentiste choisira des soins adaptés à chaque situation :

  • Des traitements conservateurs, pour les caries superficielles : où il enlève les tissus endommagés et comble les cavités
  • Une dévitalisation, en cas de carie profonde
  • Des prothèses ou des couronnes si la carie détruit une grande partie de la dent.

En cas de douleurs ou après les traitements, prendre des aliments tièdes (ni très froids, ni trop chauds) et de texture molle, peut vous aider à soulager les symptômes. 

En conclusion

Nous l’avons vu, l’alimentation joue un rôle décisif dans la santé bucco-dentaire :

Le sucre est l’un des pires ennemis de vos dents : il fermente pour former des acides, responsables de la plaque dentaire à l’origine des caries et il est capable d’entraîner des déséquilibres de la flore buccale; il est donc à limiter au maximum.

Les carences nutritionnelles sont souvent la cause de désagréments. C’est pour cette raison que l’alimentation équilibrée constitue votre alliée : les sources naturelles de calcium, de magnésium, phosphore et vitamines A, K, E, D, C et du groupe B (présentes dans les aliments) permettent de préserver une bonne santé dentaire ; ainsi que les aliments riches en fibres (fruits, légumes, graines et céréales non raffinées), du fait de leur mastication, permettent de sécréter davantage de salive, aussi liée à la prévention des caries.

Sans oublier bien évidemment la bonne hygiène bucco-dentaire et la visite régulière chez le dentiste.

 

Rossana DE JONGH

Diététicienne – Nutritionniste