Symptômes de grossesse ? Quels sont les signes qu'une femme est enceinte ?

Lorsqu’une femme tombe enceinte, certains symptômes peuvent apparaître plus ou moins tôt après la date de conception. Que la grossesse soit prévue ou non, les femmes enceintes sont capables de percevoir les premiers changements et adaptations de leur corps pour accueillir et faire grandir en elles le futur bébé. Ces indices physiques et psychologiques sont nombreux et variables selon les femmes, et n'apparaissent pas toujours au même moment pour chacune. Faisons le point sur les symptômes qui peuvent évoquer un début de grossesse.

Quand commencent les premiers signes de grossesse ?

La fécondation a lieu lors de la rencontre d'un spermatozoïde paternel avec l'ovule maternel, vers le 14ème jour du cycle menstruel dans une des trompes utérines de la mère (pour rappel, on compte les différentes phases du cycle menstruel à partir du 1er jour des règles, et l'ovulation a lieu vers le 14ème jour). Toutefois, cette durée estimée à 14 jours est très variable en fonction de chaque femme.

L’œuf fécondé, que l'on nomme blastocyste, met environ une semaine pour parcourir les trompes de Fallope, descendre vers l'utérus et s'y implanter. D'ailleurs, certaines femmes peuvent ressentir une « douleur d'implantation » ou de « nidation », comparable à des douleurs menstruelles, pouvant même s'accompagner d'un saignement très léger. Ce premier signe de grossesse n'est pas présent chez toutes les femmes, il faut parfois attendre de ressentir des symptômes plus évocateurs pour suspecter un début de grossesse et faire un test pour confirmer le diagnostic.

Quels sont les symptômes d’une femme enceinte ?

Le retard de règles

C'est le plus souvent le signe qui met la puce à l'oreille. En effet, les règles sont en fait l'élimination du sang emmagasiné dans l'utérus pour accueillir un embryon. S'il n'y a pas eu de fécondation, le sang est alors éliminé : ce sont les menstruations. Si vos règles tardent à se déclencher, cela peut être le signe que le blastocyste est installé, l'utérus conserve ainsi le sang dans sa paroi pour permettre la croissance de l'embryon. 

Les tests de grossesse vendus en pharmacie, selon leur sensibilité, peuvent confirmer ou infirmer le début de grossesse dès le premier jour de retard des règles. Ils mesurent le taux de bêta hCG, ou hormone chorionique gonadotrope (aussi appelée hormone chorionique gonadotrophique), qui une hormone sécrétée par le placenta très tôt, 6 jours après la fécondation. 

Un test réalisé trop tôt peut donner un « faux négatif », car le taux d'hormone n'est pas encore assez élevé pour être détecté. Il est donc préférable d'attendre la date prévue des règles pour faire le test, en le réalisant le matin au réveil, qui est le moment où les urines sont le plus concentrées en bêta hCG. En cas de résultat positif, une prise de sang permettra de confirmer le diagnostic de grossesse.

Cependant, un retard de règles n'est pas toujours un symptôme de grossesse : un changement dans le mode de vie ou des règles irrégulières peuvent induire en erreur. De plus, certaines femmes peuvent avoir de légers saignements, voire même des « règles anniversaires » qui sont de fausses menstruations qui surviennent en début de grossesse. C'est notamment le cas chez les femmes présentant un déni de grossesse.

Les seins douloureux et tendus

Un autre symptôme commun en début de grossesse est la modification des seins : ils se gorgent de sang, et prennent du volume sous l'effet de l'augmentation des taux de progestérone et d’œstrogène. Les seins sont alors tendus et douloureux : les femmes peuvent alors le ressentir dans leurs sous-vêtements, par le toucher ou même ressentir une gêne dans leurs mouvements ou en se couchant sur le côté ! Les aréoles changent également d'aspect pour progressivement devenir plus larges et plus foncées.

Les nausées

C'est un autre symptôme de femme enceinte couramment rencontré en début de grossesse. Les nausées sont causées par l'augmentation des taux d'hormones dans le sang, un sensibilité accrue aux odeurs et à une modification de la physionomie de l'estomac : le sphincter situé entre l'extrémité basse de l’œsophage et le haut de l'estomac, appelé « cardia », a tendance à se relâcher et donc à laisser remonter le contenu gastrique, causant acidité et inconfort. 

Ces nausées sont le plus souvent ressenties le matin, mais peuvent envahir la femme enceinte à différents moments de la journée, allant parfois jusqu'à des vomissements. Attention si vous souffrez de vomissements à répétition, que l'on appelle “nausées et vomissements gravidiques (NVG)” ou "hyperémèse gravidique” : ils peuvent être responsables d'une déshydratation importante et ne sont pas à prendre à la légère. Dans ce cas, il faut consulter votre médecin rapidement.

Une plus forte sensibilité aux odeurs et aux saveurs est également assez courante : quelle femme enceinte n'a pas rejeté avec force un plat ou un parfum pourtant apprécié auparavant, ou au contraire n'a pas eu d'envie subite d'un aliment peu prisé voire détesté en temps normal ?

Une grande fatigue

La fatigue est un signe de grossesse pouvant apparaître très tôt, et est elle aussi liée à la sécrétion d'hormones, notamment la progestérone qui a une action relaxante et sédative, et peut donc induire chez la future maman un besoin de sommeil plus important, que ce soit pendant la nuit ou au cours de la journée, ayant pour conséquence des nuits plus longues avec un coucher précoce, et des siestes dans la journée.

Les œstrogènes ne sont pas en reste : ces hormones ont comme effet, entre autres, d'augmenter le rythme cardiaque ainsi que le volume sanguin : la femme enceinte peut alors se sentir essoufflée et plus fatiguée que d'habitude.

Enfin, la modification du métabolisme glucidique, par une hausse de la sécrétion d'insuline par le pancréas, peut causer des hypoglycémies, que l'on reconnaît par une sensation de fatigue et de faim. Par ailleurs, la glycémie à jeun sera surveillée régulièrement pendant la grossesse afin de prévenir et soigner un potentiel diabète gestationnel.

Les pertes vaginales

Les sécrétions vaginales, ou leucorrhées, sont présentes chez les femmes dès la puberté et jusqu'à la ménopause. Elles sont habituellement claires, peu épaisses et sans odeur, et assurent la lubrification permanente et le nettoyage du vagin ainsi que l'élimination des cellules mortes. Leur augmentation est un des symptômes possibles de la femme enceinte. En effet, en début de grossesse, le renouvellement cellulaire s'accélère, ainsi que la circulation du sang dans la zone concernée, ce qui accroît les sécrétions vaginales, mais cette accélération du renouvellement cellulaire ne change ni leur couleur, ni leur texture ou leur odeur, en dehors d'une pathologie sous-jacente comme une mycose.

Les troubles de l’humeur

Passer du rire aux larmes en un rien de temps, se sentir plus irritable ou anxieuse, ou au contraire plus calme et sereine qu'à l'accoutumée… Sans surprise, les hormones viennent aussi chambouler les humeurs et les émotions positives comme négatives, qui peuvent être plus vives dès le premier trimestre et constituer un symptôme évocateur, et cela même sans que la femme enceinte ait encore conscience de sa grossesse. Ces changements observables par vous-même et par votre entourage sont susceptibles de constituer un symptôme de grossesse.

Une envie fréquente d’uriner

Les aller-retours répétitifs aux toilettes pour uriner constituent également un signe précoce de grossesse. Cette envie fréquente d'uriner est causée par de nouveaux paramètres physiologiques que nous avons déjà évoqués plus haut.

Tout d'abord, la circulation sanguine dans la région pelvienne s’accroît et provoque une hypersensibilité de la vessie, ce qui peut engendrer des mictions plus nombreuses au cours de la journée et de la nuit, et vous faire penser que vous êtes peut-être enceinte.

Le travail des reins augmente aussi pour filtrer le sang qui, rappelons-le, circule en quantité plus importante dans l'organisme de la femme enceinte. Cette accroissement de la filtration engendre un volume urinaire plus important, et en conséquence un besoin d'élimination plus régulier.

Un sommeil troublé

Ce symptôme de grossesse est en réalité la manifestation des modifications physiologiques et psychologiques citées précédemment. Les nausées matinales peuvent réveiller la femme enceinte plus tôt. De plus, elles peuvent également apparaître le soir et perturber l'endormissement. Avec les réveils nocturnes liés aux envies impérieuses d'uriner, l'humeur changeante avec possiblement de l'anxiété, la pensée d'être enceinte peut apparaître à juste titre... 

Comment savoir si on est enceinte une semaine après le rapport ?

Les tous premiers signes de grossesse peuvent apparaître très tôt, même avant de constater un retard de règles. Les nausées et les douleurs dans les seins, qui deviennent tendus, lourds et prennent du volume, sont les symptômes qui se manifestent les plus rapidement.

Si une femme a le projet d'être enceinte, sa psychologie est également à prendre en compte : ces symptômes peuvent être de faux signes de grossesse, créés artificiellement par le psychisme tellement le désir d'avoir un enfant est fort. La prudence et la patience sont donc de mise : une semaine après le rapport, il est difficile de poser un diagnostic clair car le taux hormonal de bêta hCG n'est pas encore assez haut pour être détecté, malgré les signes ressentis. Mieux vaut attendre encore quelques jours pour constater un retard de menstruations.

Est-ce que toutes les femmes ont des symptômes de grossesse dès les premiers jours ?

Non, toutes les femmes ne ressentent pas de signes de grossesse immédiatement. Ce sont souvent le retard des règles et les nausées qui interrogent les femmes et les incitent à faire un test de grossesse, soit entre 15 jours et 1 mois de grossesse. Parfois, il faut plus de temps pour se rendre compte que l'on est enceinte, notamment si le cycle menstruel n'est pas régulier, ou si l'on est sous contraception et donc a priori non concernée par un début de grossesse...

Quels sont les symptômes d'une femme enceinte d'un mois ?

Au bout de 4 semaines de grossesse, soit 6 semaines d’aménorrhée (absence des règles), les différents signes cités peuvent être présents, tous ou en partie, mais de fréquence et d'intensité différentes selon chaque femme enceinte. 

Ces symtômes dépendent de nombreux facteurs : si la femme a déjà été enceinte et qu'elle connaît les réactions de son propre corps lorsqu’elle elle est enceinte ou si c'est une première grossesse, l'imprégnation hormonale et les réponses physiologiques qui en découlent (chaque femme a une sensibilité personnelle face à ces changements, infimes au début), l'écoute de son propre corps et sa capacité à reconnaître les symptômes d'une grossesse, sans compter les facteurs psychologiques qui peuvent « bloquer » ou au contraire exacerber les sensations physiques et psychiques...

Comment savoir si on est enceinte par le toucher ?

Certaines femmes ressentent des douleurs ligamentaires très tôt, mais qui peuvent être confondues avec des douleurs menstruelles, et le bas ventre peut sembler plus dur que d'habitude. Pour autant, ces éléments ne constituent pas la preuve irréfutable d'un début de grossesse : un encombrement intestinal peut provoquer les mêmes effets !

Lors d'un rendez-vous chez votre gynécologue, celui-ci peut être amené à pratiquer un toucher vaginal et observer le col de l'utérus, qui sera alors mou et plus volumineux si vous êtes effectivement enceinte. Une échographie peut également être réalisée très tôt pour confirmer le début de grossesse.

J'ai envie d'avoir un bébé : quelles précautions nutritionnelles dois-je prendre ?

En prévision d'une grossesse, il est conseillé aux futures mamans d’adopter une alimentation riche en folates (vitamine B9 naturelle). On en trouve dans les légumes à feuilles vert foncé, les choux, les légumineuses, les graines oléagineuses, les fruits amylacés (comme les marrons, les châtaignes ou encore les bananes...), dans le foie, les abats et la levure.

Bien souvent, le médecin prescrit de l’acide folique (vitamine B9 sous forme de médicament) avant la conception et pendant le 1er trimestre. En effet, la supplémentation en acide folique augmente le statut maternel en folates. Un faible statut en folates chez la mère augmente les risques d'apparition d'anomalies du tube neural (Spina Bifida) chez le fœtus en développement. Il existe également des compléments alimentaires proposant de la vitamine B9 sous forme naturelle.

Les apports en oméga-3 sont aussi très importants, notamment en acide docosahexaénoïque (DHA), car cet acide gras contribue au développement normal du cerveau et des yeux du fœtus et de l'enfant allaité. 

Les oméga-3 sont présents sous forme de DHA dans les poissons gras (saumon, thon, maquereaux, sardines), et sous forme d’ALA (acide alpha linolénique) dans les noix, l'huile de colza, de noix ou de lin. Il est important d'en consommer régulièrement car ces acides gras ne sont pas synthétisables par notre organisme.

Pour conclure, rappelons-nous que chaque femme est unique et peut réagir physiquement et psychologiquement de façon différente à une grossesse, bien que certains symptômes soient le plus souvent communs. Si tel est votre projet, un mode de vie sain et l'écoute de votre corps vous permettront de vivre cette période de la façon la plus sereine qui soit. 

 

Elsa Blanc

Diététicienne - Nutritionniste