Cet été, soutenez votre système circulatoire

La chaleur de la saison estivale ne fait pas bon ménage avec le système circulatoire. En effet, elle peut fragiliser la circulation sanguine, mais également lymphatique. Les personnes qui souffrent de troubles de la circulation vont voir leurs symptômes s’intensifier pendant l’été, surtout si rien n’est fait en prévention. Voici quelques conseils pour soutenir votre système circulatoire cet été et vous sentir plus léger.

La Circulation sanguine, de quoi parle-t-on ?

Grâce à l'impulsion du cœur, véritable chef d'orchestre de notre circulation sanguine, le sang est propulsé à travers des artères et des veines dans tout l'organisme. Le débit sanguin doit être constant, notamment pour assurer l'apport continu en oxygène et en nutriments, mais aussi se charger de l'élimination des déchets, dont le dioxyde de carbone. La circulation artérielle amène le sang riche en oxygène et en nutriments vers les tissus organiques. La circulation veineuse, soumise à la pesanteur terrestre, rapporte le sang appauvri vers le cœur, puis les poumons. Elle est au cœur de la majorité des problèmes circulatoires.

Il existe deux systèmes circulatoires veineux. Le "système circulatoire profond" va être entouré par les os, les muscles ou encore les tendons, où les veines disposeront alors d'un espace assez restreint. Les mouvements, qui vont donc solliciter les muscles, vont contracter les veines et augmenter le débit sanguin, assurant le retour veineux

En ce qui concerne le "système circulatoire superficiel", les veines et petits vaisseaux se trouvent sous la peau. Cette dernière, étant souple et élastique, s'opposera très peu à la dilatation des veines superficielles. Le retour veineux dépendra donc ici de la qualité de la paroi des veines et vaisseaux, et également des valvules, qui ne sont autres que des clapets "antigravité". Contrairement aux artères, les veines ne possèdent pas de fibres musculaires.

Comment fonctionne la circulation lymphatique ?

Le système lymphatique se compose du réseau lymphatique et des organes lymphatiques.

Le réseau lymphatique comprend tous les vaisseaux chargés de faire circuler la lymphe. La lymphe est un liquide translucide issu du sang, mais qui ne contient pas de globules rouges. Elle était nommée “sang blanc” par les Grecs, car cette dernière contient des globules blancs, en grande partie des lymphocytes, mais aussi des macrophages. Elle est composée également de protéines, de glucose, d’hormones, d’électrolytes, de fer ou encore de cholestérol. Ce réseau circule parallèlement aux veines. On retrouve de la lymphe partout dans l’organisme, mise à part dans le cerveau. Le réseau lymphatique va rencontrer sur son trajet des ganglions lymphatiques, se situant majoritairement au niveau du cou, des aisselles, de la poitrine, de l’abdomen et de l’aine. La mission de ces ganglions va être de filtrer la lymphe.

Contrairement à la circulation sanguine qui circule grâce à une pompe (le cœur), la lymphe compte sur les mouvements du corps, mais également sur la contraction des muscles et des fibres des vaisseaux lymphatiques pour circuler. Elle mettra environ 24h à faire le tour du corps.

Les organes lymphatiques, qui sont le thymus, les amygdales, la moelle osseuse et la rate, vont également faire office de filtres, mais sont aussi des organes de stockage pour nos cellules de défense que sont les lymphocytes. De plus, ils se chargeront d’éliminer les virus, les bactéries et autres agents étrangers de la lymphe.

La lymphe joue donc un rôle-clé dans le système de défense de notre organisme, notamment en transportant les globules blancs là où l’organisme en a besoin pour se défendre. Elle va être également chargée d’évacuer près de 75% des déchets donc notre organisme veut se débarrasser, comme les toxines ou encore les graisses.

Le lien entre la circulation sanguine et la circulation lymphatique

Souvent mise de côté dans les troubles de la circulation, la circulation lymphatique est pourtant étroitement liée à la circulation veineuse. Au quotidien, environ 8 litres d’eau sortent des veines pour “laver” les cellules. Cette eau sera réabsorbée à 90% par les veines et à 10% par les vaisseaux lymphatiques. Cette fonction journalière de nettoyage cellulaire suppose un équilibre parfait pour être menée à bien. En cas d’insuffisance veineuse et de vaisseaux sanguins trop perméables, c’est le système lymphatique qui va prendre en charge une plus grosse proportion de l’eau circulant dans les veines pour l’évacuer, ce qui aura pour conséquence de vite le saturer. L’eau va donc s’accumuler, stagner et engendrer de la rétention d’eau dans les tissus. S’il y a un déséquilibre d’un côté, il y a un déséquilibre de l’autre. Il y aura donc moins d’eau dans le système sanguin, ce qui poussera les reins à compenser et augmenter la quantité de liquide dans le corps. On rentre alors dans un cercle vicieux, l’eau continuant à s’échapper des vaisseaux. Ce phénomène est aggravé par la chaleur qui dilate davantage les vaisseaux.

Une insuffisance veineuse et lymphatique va engendrer des gonflements des tissus, de la cellulite, des œdèmes lymphatiques, des crampes, des impatiences dans les jambes, l’apparition de varices, des douleurs ou encore les paupières, les chevilles et les pieds qui enflent.

Les causes premières des troubles circulatoires

L'âge, l'hérédité et le sexe sont des causes premières immuables des troubles circulatoires. D'autres causes principales, comme le surpoids ou encore la sédentarité vont ralentir la circulation sanguine. En effet, pour lutter contre la gravité, la circulation veineuse a besoin de la pression de la plante des pieds et de la contraction des muscles pour être efficace. De plus, une mauvaise alimentation peut avoir comme conséquences de carencer l'organisme, épaissir le sang, fragiliser les parois veineuses, surcharger la lymphe , ainsi que le foie. Le foie est un organe émonctoire qui mobilisera une grande partie de la masse sanguine pour s'épurer. Une souffrance hépatique est donc l'une des causes courantes du ralentissement de la circulation sanguine, mais aussi lymphatique.

Ne laissez pas la situation s’aggraver, agissez dès les premiers signes !

Les mesures alimentaires décrites dans l'article "Minceur, perdre quelques kilos avant l’été" sont la base d’une bonne alimentation à adopter au quotidien. Cette alimentation équilibrée vous apportera les éléments nécessaires à la nutrition des veines et capillaires sanguins, du sang ou encore des muscles. Vous retrouverez la vitamine E dans les oléagineux (noisettes, amandes, noix,…), les œufs, les avocats, certaines huiles végétales (germe de blé, pépin de raisin, …) ou encore dans certaines épices (gingembre, paprika, …). En mangeant majoritairement des légumes et des fruits colorés de saison, vous apporterez à votre corps de nombreux nutriments, notamment la vitamine C et le bêta-carotène. Les noix du Brésil vous aideront à faire le plein de Sélénium, mais vous en trouverez également dans les fruits de mer, tout comme le Zinc. Vous aurez avec cette alimentation un apport varié de vitamines, de minéraux, de protéines, d’acides gras essentiels, d’antioxydants (notamment des polyphénols) et de fibres.

N’oubliez pas de vous hydrater régulièrement, en évitant de trop boire avant le coucher si vous souffrez de rétention d’eau.

Évitez l’alcool, le café, le soda ou encore le tabac. Limitez également la consommation de charcuterie, fromage, pain, pâtisserie et produits raffinés. 

Parallèlement, vous pouvez aussi :

  •  Drainer votre foie en lui donnant un petit coup de main lors des changements de saison. L’alimentation apportera déjà quelques acides aminés qui aident le foie dans son travail de nettoyage, comme l’arginine, la cystéine, la méthionine ou encore la bétaïne. Vous pourrez également vous tourner vers certaines plantes détoxifiantes du foie (chardon-marie, radis noir, romarin, artichaut, …) et drainantes qui permettront d’éliminer les déchets et stimuler la filtration du sang (cassis, pissenlit, aubier de tilleul, reine des prés, …).
  • Pratiquer une ou plusieurs activités physiques douces, notamment la marche, la natation, le vélo ou encore la danse, afin de stimuler le retour veineux et la circulation lymphatique.
  • Faire attention à la chaleur ! Évitez d’exposer vos jambes au soleil si vous souffrez d’insuffisance veineuse, mais aussi de prendre des bains trop chauds. Attention également au hammam, sauna, épilation à la cire chaude, etc.
  • Pratiquer des massages et drainages lymphatiques.

Consultez votre médecin dès les premiers signes d’insuffisance veineuse. Lui seul sera en mesure de diagnostiquer une pathologie veineuse. Parallèlement, rapprochez-vous d’un naturopathe pour un conseil d’hygiène de vie complet et personnalisé.