On vous dit tout sur la vitamine D

Ces dernières années, la vitamine D fait l'objet de nombreuses études scientifiques, afin de comprendre son rôle au sein de notre organisme, mais également les conséquences de sa carence pour la santé humaine. Et pour cause, une grande partie de la population française serait carencée. La Vitamine D fait partie des vitamines liposolubles. Elle est synthétisée naturellement par notre organisme grâce au soleil, plus précisément sous l'action des rayons UVB. Ces rayons vont atteindre les couches profondes de la peau, là où se trouve le précurseur de la vitamine D, appelé "pré-vitamine D". Ce précurseur est un dérivé du cholestérol qui se transformera alors en vitamine D3 (cholécalciférol).

La carence en vitamine D, des chiffres alarmants

Les besoins journaliers recommandés en vitamine D sont d’environ 5 µg pour un adulte. Deux tiers de cette vitamine D seront donc synthétisés par l’organisme, en s’exposant aux rayons du soleil au minimum 10 minutes par jour. Le tiers restant viendra de notre alimentation. On estime que le taux sanguin normal de vitamine D pour un adulte en bonne santé doit se situer entre 40 et 45 ng/ml (soit de 100 à 112,5 nmol/l). 

La carence en vitamine D est un sujet récurrent du monde médical, notamment car elle peut avoir de multiples conséquences sur la santé et le bien-être. Pourtant, cette carence est fortement répandue et tend à se généraliser dans notre monde moderne. C’est d’ailleurs une étude publiée en 2010 qui fait un constat alarmant. En effet, elle révèle que 59 % de la population manquent de vitamine D, dont 25 % des sujets de l’étude présentent des taux extrêmement bas. Une autre étude publiée en 2012 révèle que 80 % des personnes âgées de 18 à 74 ans, présentent un déficit en vitamine D, dont 42,5 % avec un déficit modéré à sévère, et 5 % avec un déficit sévère. 

En Région Parisienne, on estime que 80 % de la population a une insuffisance ou une carence en vitamine D. Beaucoup de personnes ressortent de la saison hivernale avec en déficit ou une carence de vitamine D. En effet, malgré les réserves faites pendant l’été, ces dernières sont souvent déjà épuisées à la fin de l’automne. 

La vitamine D : vitamine ou hormone ?

Le corps humain est capable de faire des réserves de vitamine D. En effet, l'excès fabriqué ne sera pas perdu, car l'organisme le stockera dans les graisses ou encore les muscles, pour ses futurs besoins. La forme la plus active de la vitamine D, le Calcitriol, sera par la suite transformée par les reins. C'est cette forme active qui a révolutionné la vision que l'on avait de la vitamine D. Le Calcitriol agirait comme une hormone, en activant des récepteurs spécifiques à distance, comme un messager chimique. Cependant, elle possède également des caractéristiques propres aux vitamines : elle peut être apportée par l'alimentation et sa carence est la cause de certaines pathologies. 

Le lien entre vitamine D et immunité 

La vitamine D joue un rôle fondamental dans notre  immunité. En effet, sans vitamine D, il semblerait que le système immunitaire ne démarre tout simplement pas et est donc inefficace. Cela s’explique notamment par le fait que les lymphocytes T, qui sont chargés de tuer les virus et les bactéries, doivent d’abord trouver de la vitamine D en circulation pour activer leur processus de défense. La vitamine D permettrait de stimuler la production de substances antimicrobiennes au niveau des gênes et aurait donc un rôle central contre les maladies infectieuses

De nombreuses études ont démontré que la vitamine D aidait l’organisme à résister aux infections respiratoires, notamment chez l’enfant, en permettant le bon fonctionnement de notre système immunitaire. D’autres études font directement le lien entre les maladies auto-immunes (dégénérescence du système immunitaire) et la carence en vitamine D.

La vitamine D et son rôle sur le calcium 

La vitamine D va jouer un rôle majeur dans la santé des os. En effet, elle va participer directement à l'absorption du calcium et indirectement à l'absorption du phosphore. Parallèlement, avec l'aide de la vitamine K2, elle libérera le calcium là où l'os en a besoin pour créer de nouvelles trames osseuses et se remodeler. Elle est donc nécessaire à la réparation et à la robustesse du squelette humain. 

En plus de son action sur les os, elle contribue au maintien des fonctions musculaires, les muscles étant directement attachés aux os, permettant d'effectuer des mouvements en faisant bouger les os les uns par rapport aux autres.

La vitamine D va donc être essentielle à la croissance osseuse des enfants. Elle permettra d'utiliser également le calcium au niveau des os de la mâchoire et donc, de maintenir une dentition normale. 

L'utilisation et la distribution du calcium orchestrées par la vitamine D, va contribuer à une calcémie normale. 

La vitamine D dans l'alimentation 

Il n'existe pas beaucoup d'aliments qui contiennent de la vitamine D. L'alimentation permettra de couvrir au maximum 20% de nos besoins, ce qui ne reste cependant pas négligeable. Pour remplir ses réserves en vitamine D, il sera tout de même indispensable de s'exposer à la lumière naturelle du soleil. 

Dans l'alimentation, on retrouve de la vitamine D dans certains poissons et huiles de poisson (morue, saumon, sardine, maquereau, hareng, etc...). On peut également en retrouver dans le jaune d’œuf, le beurre ou encore le fromage. Certains champignons peuvent également apporter de la vitamine D, comme les bolets ou encore les morilles.

Se complémenter en vitamine D ou pas ? 

En règle générale, il est nécessaire de se complémenter quand il y a un réel besoin de l'organisme. Il est possible de vérifier son taux de vitamine D vers la fin de l'automne (en Novembre), afin de savoir si une complémentation serait utile ou non. Certaines personnes sont carencées toute l'année et devront donc se tourner vers la complémentation pour remonter les niveaux de vitamine D

De plus, la vitamine D fonctionne en synergie avec d'autres vitamines liposolubles, comme la vitamine K2, mais aussi la vitamine A. Une complémentation en vitamine D inutile et en excès, pourrait épuiser les réserves de ces vitamines. Si une complémentation est nécessaire et selon les besoins, il peut être utile d'apporter également de la vitamine K2 et de la vitamine A. 

Ces vitamines seront apportées par une alimentation équilibrée et saine. On retrouvera la vitamine A dans les abats, le foie, les carottes, la patate douce, la citrouille, les épinards ou encore les choux. L'organisme peut transformer également certains caroténoïdes en vitamine A, comme c'est le cas pour le bêta-carotène. Ce dernier se trouve essentiellement dans les légumes et les fruits bien pigmentés, du vert foncé au rouge, comme les carottes, les mangues, le persil, etc... La vitamine K2 se retrouve en grosse quantité dans le pissenlit, mais aussi dans les épinards, les bettes, les salades, les choux, le pruneau, l'huile d'olive et de colza ou encore dans le foie. 

Avant de vous complémenter, parlez-en à votre médecin. 

Quelle vitamine D choisir ? 

La vitamine D existe naturellement sous deux formes : la vitamine D2 ou ergocalciférol, issue exclusivement des végétaux, et la vitamine D3 ou cholécalciférol, issue des produits animaux ou de certains lichens. Cette dernière est la forme présente naturellement dans notre organisme. Il semblerait donc que la vitamine D3 soit la plus biodisponible et la plus assimilable des deux formes. 

La vitamine D2 n’a pourtant pas dit son dernier mot. D’après l’expérience et les études menées sur la vitamine D2 végétale par le Dr Holick, l’un des plus grands spécialistes mondiaux de la vitamine D, il semblerait que cette dernière ait les mêmes capacités que la vitamine D3 à remonter les taux sanguins. 

Dans les compléments alimentaires présents sur le marché, la vitamine D3 provient majoritairement de la lanoline de mouton, d’huiles de poisson ou plus récemment du Lichen boréal, ce qui offre une alternative végétale. Cependant, ce lichen est une espèce à croissance lente. Il est menacée et en sérieux déclin. La vitamine D2, quant à elle, provient très souvent de certains champignons. C’est donc une alternative végétale qui respecte l’environnement.

En conclusion, les compléments alimentaires d’aujourd’hui offrent un large choix de vitamines D naturelles, répondant aux besoins de chacun, mais aussi aux convictions de tous. L’important est donc surtout de vérifier ici, la qualité et la naturalité du produit, tout en vous tournant vers la vitamine D qui vous ressemble.