Thyroïde : comment la soutenir au quotidien ?

La thyroïde est une glande située à la base du cou en forme de papillon qui va permettre, avec l’intervention d’autres glandes endocrines, de réguler le niveau d’activité de très nombreux systèmes et organes : c’est le système endocrinien. En véritable chef d’orchestre, la thyroïde est la glande endocrine la plus volumineuse de notre organisme. Afin de contrôler les fonctions organiques et faire travailler les organes en harmonie, elle sécrète des hormones thyroïdiennes qui vont intervenir à plusieurs niveaux, notamment la croissance, la production d’énergie, le métabolisme des graisses, le système cardio-vasculaire ou encore elle va régir le fonctionnement  des ovaires, des os ou encore du foie.

Les troubles de la thyroïde les plus courants

Si vous constatez des troubles, il est primordial de vous tourner vers votre médecin en premier lieu pour des examens et une étude approfondie de votre cas. L’hypothyroïdie est le plus connu des troubles de la thyroïde. Ici, elle va fonctionner en sous-régime, ce qui aura pour conséquence de ralentir le métabolisme et d’engendrer de nombreux symptômes, comme une prise de poids, de la fatigue, une baisse de la libido, des troubles cardiaques ou du transit ou encore du cycle menstruel, des troubles de l’humeur, voire de la dépression ou encore une sensibilité au froid. L’hyperthyroïdie signifie au contraire, que la thyroïde fonctionne en sur-régime, ce qui contrairement à l’hypothyroïdie, va avoir tendance à accélérer le métabolisme, provoquer de la nervosité, de la maigreur, de l’insomnie, des palpitations, des tremblements et des troubles du transit.

Soutenez votre thyroïde au quotidien

Globalement, mangez sainement, équilibré et idéalement des produits frais. Évitez les produits industriels, ultra-transformés, raffinés, les sucres, le tabac, l’alcool, le café, etc. Certains aliments sont ce qu’on appelle des aliments « goitrogènes », c’est-à-dire qu’ils vont ralentir le fonctionnement de la thyroïde. Ce sont essentiellement les crucifères, le soja, la patate douce, les arachides, le radis ou encore le millet. À éviter donc pour l’hypothyroïdie et à favoriser dans le cas d’une hyperthyroïdie. Les hormones thyroïdiennes, la Thyroxine (T4) et la Triiodothyronine (T3), sont produites à partir de l’Iode et de la Tyrosine. Si vous souffrez d’hypothyroïdie et si une carence en Iode est avérée, tournez-vous vers les produits de la mer.